Samedi 30 juillet 2016

Habiter au nord de la ville, c’est échapper à la fournaise du centre-ville, et s’échapper facilement vers la fraîcheur de la campagne. Notre destination préférée, Ohara, dont le nom se retrouve souvent ici, conjugue un marché, un petit restaurant, un panorama, quelques temples et plusieurs lieux pour pique-niquer ou se baigner… Alors nous y voilà encore, partageant ce coin de rivière avec, cette fois-ci, un papa et son petit garçon cherchant on ne sait quoi dans la végétation avec leurs épuisettes, peut-être des grenouilles, nombreuses et sautillantes, bien que l’une d’elle fut récemment particulièrement docile, abattue par le soleil ou cachant un prince attendant un baiser.

160730-IMG_20160730_111141 160730-IMG_20160727_122432

Vendredi 29 juillet 2016

Certes, ce n’est pas agréable le dentiste, mais au moins j’ai appris le verbe tsumaru. (Et donc maintenant, ça ne devrait plus tsumaru).

(Bon je pensais plutôt faire un parallèle entre notre passage à Shimogamo et le film « Andréa » de Natacha Nisic, mais je vous laisse avec cette histoire de dentiste)

160729-DSC_8897 160729-DSC_8878

Jeudi 28 juillet 2016

Le film du soir (que l’on avait déjà vu mais que l’on avait oublié) : « Au milieu du monde, je crierai mon amour. »

160728-DSC_8829 160728-DSC_8841

Mercredi 27 juillet 2016

Au moment de partir de chez lui, il nous tend une enveloppe de chez Daimaru. Nous sommes venus nous recueillir devant les cendres de sa femme, et la coutume veut que, pour cela, l’on nous remercie. On nous remercie de nous être déplacés pour cet hommage, coutume respectable, bien sûr, mais tellement étrange pour nous et nos autres habitudes. La question est alors de savoir que faire du chèque-cadeau du grand magasin, et si la coutume « oblige », par respect, à le dépenser, ne serait que dans un objet, des fleurs, une petite chose qui nous fera penser à elle, à son sourire, à cette première fois où je l’ai rencontrée dans son atelier, moment surprenant, magique, un premier partage comme il y en aura d’autres, beaucoup pour toi, quelques-uns pour moi – un concert, et puis ces quelques fruits apportés par son mari récemment, avec ce mot de sa main à elle, pour nous expliquer comment les éplucher, en laissant un peu de blanc ; et donc un vide.

Mardi 26 juillet 2016

La série du soir : « Dias Police »… Parce que l’on est enfin retourné chez le loueur de DVD (et qu’on n’a toujours pas compris ce que nous a dit le type qui parle beaucoup trop vite mais dont le cerveau fonctionne trop lentement pour ralentir le débit de ses paroles.)

160726-DSC_8778 160726-DSC_8782

Dimanche 24 juillet 2016

Please push an interphone to turn into maiko.

La rue est étonnamment vide et calme. Le quartier est pourtant touristique et « typique », mais il faut croire que la foule s’est ruée tout près d’ici, au sanctuaire, pour la matsuri. Qu’importe : du moment qu’Ellis a quelques pokemons à chasser…

160724-DSC_8716 160724-DSC_8721

Samedi 23 juillet 2016

On évoquait récemment la désertification rurale et les initiatives prises ici ou là pour contrer le phénomène et son inéluctabilité. Nous voilà donc invités à 1h30 de route de Kyoto – une route chauffée par le moteur du van -, à Sasayama, pour découvrir un coin de campagne, s’attabler joyeusement et questionner sérieusement la possibilité d’autre chose en matière de qualité des produits (ramassés ou cultivés alentours), variétés de tomates ou soupe de maïs… ou goût du saké… ou goût du saké… ou goût du saké…

160723-sasayama-DSC_8674 160723-sasayama-DSC_8689

Jeudi 21 juillet 2016

Enfin, tout ce temps qu’on roule, beauté du monde orange des villes dans la nuit mal défaite, la masse si pesante de toutes choses de ciment autour de ceux qui y vivent, et dont le train indique la trace sans qu’eux-mêmes se montrent (une fenêtre ouvert sur une pièce vide).

François Bon ; Paysage fer

Nous rentrons. Kyoto nocturne. Mon appareil photo, doté d’un nouvel objectif 35mm qui changera ici (et ailleurs ?) mon regard et mon témoignage sur la ville et le monde, est rangé dans le coffre du scooter. Soudain, pourtant, une image à saisir. L’homme, bien habillé comme un cadre d’agence immobilière, chemise bleu clair, pantalon de costume plus sombre assorti à la cravate, tient un balai ; nous sommes au Japon et donc il nettoie le parking en rez-de-chaussée du bâtiment qui jouxte l’agence. L’éclairage est parfait, inondant l’homme de tous les côtés. Et puis il me regarde, pas longtemps, et lève le bras, et le balai, pour enlever peut-être une toile d’araignée là. Le feu passe au vert.
Alors je devrais m’arrêter là. Je devrais ne pas raconter ce qui s’est passé avant et laisser les photos être, comme tu avais dit justement « la part absente du récit ». Mais ce serait omettre la passionnante – quoi qu’un peu rapide, un peu courte – visite de la terrasse de la gare de Kyoto avec deux architectes m’éveillant un peu sur le lieu dont je me moque toujours un peu facilement.

160721-IMG_20160721_180229 160721-IMG_20160721_181530 160721-DSC_8593

Mercredi 20 juillet 2016

Alors, en arrivant chez le dentiste, l’odeur dans les escaliers. Une odeur comme du sable, me rappelant, je crois, les vacances à Seignosse ; mais j’ai un doute. Évidemment, un étage plus haut, une fois la porte passée, ça sent plutôt les ennuis couronnés.

160720-DSC_8563 160720-DSC_8570

Mardi 19 juillet 2016

Non mais ce concerto pour piano de Beethoven, là, pffff…
Hashtags pense-bête : #Prokofiev #RoméoEtJuliette #Saint-Saëns #SymphonieNuméro3

160719-IMG_20160719_124119 160719-IMG_20160719_192828

Jeudi 14 juillet 2016

« Tu as vu comme il a plu cet après-midi ?« . Non je n’ai pas vu car il n’a pas plus à la maison ; dommage, ça aurait peut-être évité que C fasse du jardinage désherbage version Attila… Mais peut-être sont-ce les plantes qui ont fui…
Il n’a pas plu, mais je regardais, au loin, le ciel gris, alors que je partais vers l’Institut, en m’interrogeant sur l’absence de parapluie et de perspicacité.

160714-IMG_20160714_161518 160714-IMG_20160714_161557

Mercredi 13 article 2016

Allongé sur le canapé, tu lis les douze pages que je t’ai envoyées. Évidemment je suis un peu fébrile. Tu me parles de l’écriture, tu dis qu’elle est belle, que ce n’est ni sec ni, ni quoi, ni l’opposé quoi… tu dis surtout qu’il faut poursuivre.

160713-DSC_8515 160713-DSC_8516

Mardi 12 juillet 2016

Les taches professionnelles de ce mardi ne nécessitent pas une attention profonde – euphémisme. Alors ce mardi j’écoute la radio, non, pas la radio locale, oh je sais il le faudrait, mais la radio française, logo violacé me permettant de passer de Duras à Proust via l’élasticité du cerveau. Bien sûr par moment je ne l’écoute pas vraiment, il y a des voix, devant moi ou plus loin là-bas, ça cause. Tiens d’ailleurs, de quoi ça cause ?

 

Lundi 11 juillet 2016

Comment inventons-nous nos vies à partir d’un petit nombre de possibles, et comment nos vies sont-elles inventées pour nous par ceux qui ont le pouvoir ?

Allan Sekula ; in Défaire le modernisme

160711-DSC_8500 160711-DSC_8505

Vendredi 8 juillet 2016

Une version instrumentale de Copacabana virevolte dans les rayons du Seven/Eleven. En passant avec mes 3 kilos de sucre à la caisse, la femme me dit un truc avec le verbe « fabriquer » donc je souris et confirme : c’est pour faire de la confiture. Je ne précise pas les fruits (abricots et agrumes) car j’ignore comment on dit, et je ne lui précise pas non plus la provenance, à tort peut-être, peut-être qu’elle est de là-bas, peut-être qu’elle m’aurait dit, elle aussi, mishoka ou un truc comme ça et que j’aurais ri, enfin voilà, merci, je sors et monte sur mon vélo en chantonnant… Her name was Lolaaaa, she was a shooowgiiiirl… Nous voilà de retour, avec quelques plantes mortes de soif.

Jeudi 7 juillet 2016

Évidemment, la désertification rurale évoquée dans ce séjour à Shikoku n’est pas totalement inéluctable. Ainsi, étape est faite à Kamiyama où un projet né il y a 5 ans fait vivre un village via restructurations architecturales, espaces de co-working, « hôtel » très joliment dessiné, restaurant français avec produits uniquement locaux, etc. On y croise un jeune Tokyoïte qui voulait de la campagne, un développeur, quelques artistes, des polyglottes, une imprimante 3D, que sais-je encore, j’ai oublié, et surtout une joie d’être là, beaucoup d’espoir, un cadre de vie, des valeurs, d’autres besoins… En France, il y aurait forcément un blaireau pour traiter immédiatement cet endroit de projet bobo, et le blaireau n’aurait pas idée de l’ambiance de fête sur la place du village ce soir, hasard de notre calendrier.

(J’aurais pu aussi parlé de la question du panorama, via la vitre d’un café et la baie de la chambre…)

160707-DSC_8404 160707-DSC_8445

Mercredi 6 juillet 2016

Partir dans l’autre sens et longer la côte. Aller de surprise en surprise, encore. Beauté des paysages, immensité d’une plage où quelques surfeurs vont et viennent, petit café, traces d’autrefois, herbes envahissantes, rouilles, délabrement, bizarrerie architecturale, roches ondulant sous le vent, aquarium autrefois futuriste où l’on regarde danser les poissons, absence de restaurant ou de supérette, kitscherie charmante d’un boui-boui où l’on peut enfin déjeuner, eau encore plus limpide où s’amuse une jeunesse rieuse, pâte au goût d’agrumes sur un bord de route, réponse incompréhensible (« Mishoka » ou quelque chose comme ça) d’une femme sans sourire à qui tu demandais « combien ça coûte » et en rire encore.

160706-DSC_8264-2 160706-DSC_8282-2
160706-DSC_8349 160706-DSC_8369

160706-DSC_8273-2

Mardi 5 juillet 2016

Nuit trop chaude, et au réveil, température déjà élevée. La confiture est décevante mais le bain du matin dans cette eau limpide fait oublier tout ça. Un peu plus loin, une centre commercial immense, et toujours le vert des rizières, le ciel bleu, les herbes brûlées, strates colorées troublées par l’envie d’un café ; cette habitude reprise depuis quelques temps chaque matin semble s’être transformée en addiction. Lors du bain de 17h on cherche à comparer la couleur de l’eau avec celle du matin ou de la veille ; mais tu connais ma mémoire courte…

160705-DSC_8186 160705-DSC_8195 160705-DSC_8240-2 160705-DSC_8218-2

160705-DSC_8211-3

Lundi 4 juillet 2016

Physiquement il est impeccable, ce que Tausk, chacun tenant de sa mère, est moins.

Jean Echenoz ; Envoyée spéciale

Vers le sud. Route, montagnes, paysages homogènes, parfois une plaine forcément habitée et cultivée — pas de vide ici, il faut combler le rien, rendre utile le moindre lopin, le petit jardin — aires d’autoroute. C’est aussi ça le Japon, les aires d’autoroute, venez voir. Et puis les côtes, l’immensité de l’horizon, la couleur, la lumière. Le village, enfin, et la maison, spartiate. Trois commerces nous permettent de nous familiariser avec l’accent local transformant les questions des personnes âgées en un gloubiboulga exotique… mais sans réponse possible de notre part. Nuno, c’est le nom du bourg, ce ne sont que quelques rues, bordées de maisons parfois délabrées. On ne sait pas s’il règne un peu de tristesse, beaucoup de pauvreté, une simplicité de port de pêche vivant de peu… un mélange de tout cela sûrement.
À quelques kilomètres, on trouve une plage. Deux familles, dont l’une d’elles est couverte comme les Japonais le sont souvent, des pieds à la tête, pour se baigner. Mais nous, nous retrouvons la sensation (pas totalement agréable) du sable sur la peau avec une joie indescriptible. Ailleurs qu’ici j’écris « L’océan est pacifique, le reste du monde tellement moins. » cherchant à partager un peu de ce bonheur malgré… malgré quoi ?… malgré tout.

160704-DSC_8157 160704-DSC_8160

Dimanche 3 juillet 2016

Crayon HB, gomme, salle 410, 12h15, elle déballe le paquet rose pâle qui contient les documents d’examen. Au coin supérieur gauche de la si petite table (coudes dans le vide), mon numéro 260240239. Quinze minutes à attendre. Le stress retombe un peu, mais pourquoi stresser ? Et de quel stress parle-t-on ? Celui généré par d’autres éléments qui n’ont rien à voir avec cet examen de japonais, ou par le départ en vacances ? Bref… La climatisation fait un léger effet et le garçon devant moi a gardé son coupe-vent malgré un short rose bonbon aux motifs de de flamands – qui eux, pour le coup, sont noirs. A ma gauche, une blonde, obèse, crispée. A ma droite, un Thaïlandais souriant puisque l’on se sourira à l’issue de la deuxième partie. Devant le bâtiment, la foule (jeune et non japonaise) était impressionnante, ramenant Kyoto à l’un de ses aspects : une ville universitaire attirant l’étudiant étranger pour un semestre, deux, une expérience, une vie…

Épreuve (agaçante) de kanjis et vocabulaire. Épreuve (éprouvante) de grammaire et lecture. Et épreuve d’écoute qui donne presque envie d’embrasser son voisin tellement c’est simple (enfin moins éprouvant, quoi…). Et puis voilà. Tu m’attends, voiture de location anthracite, on file. Deux heures de route, un coût de péage qui ferait baver de joie les autoroutiers français et l’hôtel chic pas cher (merci les offres promotionnelles) juste à l’entrée de Shikoku.

Cinquième étage, le bain, dont une partie est extérieure, domine un horizon océanique et pluvieux. Un instrumental de « I am sailing » de Rod Stewart berce l’ambiance d’embruns. En bas l’océan et le bruit des vagues. Plus tard « la » musique de Titanic, mais même l’insupportable est supportable. Plus tard, éclater de rire en lisant Echenoz. Lire enfin. Un roman. En français.

 

Vendredi 1er juillet 2016

Désespérer (en voyant le montage de l’interview), demander (qu’elle ne soit pas diffusée), déjeuner (avec A), dépenser (pour un pantalon, et pourtant il fait trop chaud), déplorer (l’obligation d’acheter une montre à 500 yens pour l’examen de dimanche), découvrir (que la petite musique stridente pour la Gion matsuri est de retour dans les rues), de-nouvelles-têtes-rencontrer.

160701-IMG_20160701_144054 160701-IMG_20160701_182503