Samedi 2 février 2019

Être ensemble, ainsi, le temps d’un samedi. Ainsi chez toi, puis chez Miki, à nouveau, pour la deuxième fois, cela pourrait devenir notre cantine, mais la prochaine fois je t’emmènerai ailleurs, veux-tu ? Ce sera peut-être un peu moins amusant sans la serveuse et ses automatismes japonais et sans cette façon qu’elle avait de me mitrailler de sa langue haut perchée. Ce sera peut-être un peu plus léger.

Être ensemble, ainsi, le temps d’un spectacle. Les places avaient été achetées sous d’autres sphères et tu es là. C’est encore le Japon qui s’impose, déjà s’est-il incrusté dans une petite tache de gras sur mon pantalon, et je te raconte tout ça avant le spectacle, un peu tout ça, eux là-bas, les rires surtout. C’était sûrement souvent léger.

Alors la danse, les corps. Tu auras beau chercher le signifié, je ne garde que les corps, défendant, descendant, s’armant, et là sous la maille on imagine la lutte, muscles tendus.