Vendredi 27 septembre 2019

Il est bientôt deux heures du matin, et en rentrant de cette soirée de gala il me vient à l’esprit cette chanson qui dit que je marche seul mais dont les paroles se limitent à la première phrase : l’œil rivé sur le petit écran du téléphone, je ne peux pas oublier les heures.

Il y avait eu des visages qui ne connaissaient pas le mien. Il y avait eu le tien  dans mon esprit puisque tu avais été dans quelques phrases échangées avec V et dans l’idée que tu aurais pu être là avec énormément de si, puisque cette soirée professionnelle, constatais-je, n’intégrait nul Autre, et puisque quoi qu’il serait advenu, je ne t’aurais probablement pas dit « Tu viens ?« . Je crois que j’aurais aimé que tu sois là pour que l’on te regarde bouger, comme E l’avait remarqué, avec cette façon que tu as de te mouvoir, fluide, comme on glisse.

Dans le besoin d’une présence et de quelque chose qui, là, juste là pourrait, un peu, d’une certaine manière, te remplacer, il y avait V, pétillant comme toujours et grisé par les vins, et avec lui nous jouions ce jeu qui ne fait pas totalement semblant, jeu souriant et complice où les observateurs pourraient lire derrière les regards.

Il est donc bientôt deux heures du matin, et sur le parvis de la Cathédrale, je m’arrête, et j’écris. Une histoire d’alphabet qui commencerait par A.