Dimanche 3 novembre 2019

« Le Rêveur de la forêt » s’appelle l’exposition. Elle me fait découvrir le musée Zadkine, bijou caché rue d’Assas, caché dis-je car jamais visité sans trop savoir pourquoi, peut-être pour dire tôt ou tard qu’il reste tant à voir ici. Nigel surtout me fait découvrir le musée Zadkine, comme déjà Rodin ou Picasso, m’entraînant dans sa soif par ce moment se terminant délicieusement par le film La Forêt des gestes, d’Ariane Michel.
De la forêt, alors, on passerait à Marie. Des amis, peut-être, chantonneraient. Avec d’autres, japonais, on dînerait.