Le temps d’un souffle

« Rien de pesant, rien de solennel, rien de convenu. » En lisant ces mots, écrits par Corinne Atlan et Zéno Bianu dans l’introduction à l’Anthologie du poème court japonais pour décrire un haïku – ou plutôt caresser l’idée de lui donner un sens – j’ai tout de suite ressenti une impression étrange : quelqu’un avait mis des mots sur certaines de mes images, c’est-à-dire sur ma manière d’appréhender leur création et sur ce qu’elles expriment.

A la Machine à Musique, l’exposition « Le temps d’un souffle » réunissait 4 saisons de photographies, prises entre mai 2016 et avril 2017, 4 saisons qui ont clos mon regard photographique sur ce pays après 3 années de vie là-bas. Au milieu de 32 images, des haïkus – tirés de cette même anthologie –, comme autant d’images que je n’aurais pas su prendre.

Sur les cimaises d’Un air de thé – où l’on peut toujours voir ce travail, j’ai tenu à réunir quatre photographies, une par saison, et quatre haïkus. Textes et images sélectionnés n’échappent pas à ce que le Japon offre à celui qui le visite : ce quelque chose qu’on dit tradition et qui nous transporte dans un ailleurs, culturel et temporel, mais aussi sensoriel, conceptuel. En les réunissant, que nous disent-ils d’autre ?


Le Temps d’un souffle est le nom de ce travail, réunissant images et haïkus et le titre éponyme d’un ensemble de rendez-vous autour du Japon, proposés par l’association Les Amis de la Machine à Lire Bordeaux en mars 2022.